recherche enfr
Lisez, partagez ! Se déconnecter
sommaire
  1. Hollywood et transmedia : un mariage d’argent
  2. La salle de cinéma à l’épreuve du transmedia : l’exemple de Trafics
  3. La politique d’ARTE Cinéma en matière d’innovation créative
  4. De la théorie à la pratique
  5. La communauté remplace la cible
  6. Projets à venir

2Le cinéma interactif : le retour à la salle comme sanctuaire

Autre exemple également bien connu, plus intéressant en terme de proposition purement cinématographique – puisque s’insérant au sein même du médium de la salle de cinéma -, c’est l’expérimentation interactive et narrative réalisée par la chaine 13th Street et l’agence Jung von Matt en Allemagne à l’occasion de la projection d’un film d’horreur. Dans Last Call : « The first Interactive Theatrical », l’héroïne en danger appelait les spectateurs en direct pour leur demander de l’aide à différents points du film.

Image de prévisualisation YouTube

Réalisée au début de l’année 2010, on assiste ici à un véritable premier essai de cinéma interactif, où le public interagit avec les personnages à l’écran de manière très immersive.

Sans même évoquer la question de la connexion réseau dans les salles obscures ainsi que l’obligation de récolter en amont les numéros de téléphones des spectateurs (ce qui réduit d’autant l’effet de surprise pourtant fondamental), se pose ici la question de l’intérêt à long terme de cette forme d’interactivité, circonscrite aux capacités limitées de la reconnaissance vocale.

Depuis Last Call, d’autres types d’interactions se développent sur grand écran, notamment dans les domaines de reconnaissance de mouvement et l’intégration en direct du public sur l’écran, comme en témoigne ce récent article centré sur ces innovations dans la publicité.

  • Vous êtes connecté à Facebook Partage inactif : Partage actif : Se déconnecter

nos outils pour vos projets transmedia

rejoignez-nous