recherche enfr
Lisez, partagez ! Se déconnecter
sommaire
  1. La structure moléculaire

1Le propre du singe-conteur

Le célèbre paléontologue Stephen Jay Gould définissait l’homme comme « le primate qui raconte des histoires ». Terry Pratchett, l’humoriste anglais inventeur de l’irrésistible « disque-monde », estime que le terme « homo sapiens » est une sur-promesse (la sagesse n’étant pas notre caractéristique la plus manifeste!) et qu’en réalité l’homme est un « pan narrans »  – un « singe conteur ».


Sur le Disque-Monde de Pratchett où les concepts sont « réifiés » (ainsi il y a un petit dieu des trous dans les chaussettes et un autre des tiroirs qui se coincent, qui assurément ne sévissent pas que sur le Disque-Monde), il existe une substance élémentaire qui s’appelle le narrativium. Le « narrativium » préside à l’histoire de l’homme comme la carbone préside à la vie. Pour prendre un exemple concret, si nous sommes allés sur la lune en 69 à bord d’un obus évidé lancé depuis la Floride, c’est parce que nous nous racontions des histoires sur la Lune depuis des millénaires et que Jules Vernes nous a fort aimablement suggéré de tirer un obus évidé depuis la Floride. Sinon, pourquoi diable serions-nous allés nous baguenauder sur ce caillou désert qu’on voit aussi bien d’ici ? Les auteurs de SF nous l’avaient bien dit, il n’y avait pas de Martiens sur la Lune de toute façon. Sans le narrativium donc, pas de grand pas pour l’humanité ni de petit pas pour l’homme.

 

Le narrativium est tout aussi indispensable à l’humanité que le carbone, l’oxygène ou l’hydrogène!..

Pour résumer. Du narrativium sont nées de multiples choses vivantes. Les contes, les légendes, les mythes et les épopées, le théâtre, la chanson, le roman, la presse, le feuilleton, la BD, le cinéma, la radio, la TV, les jeux vidéo, le Web, et j’en passe… tous plus ou moins cousins les uns des autres et issus d’une collision avec un autre élément, le coin du feu ou la place de village, le papier, l’encre, la photographie, les ondes ou l’électronique; le narrativium fait feu de tout bois et se propage plus vite que la grippe A (laquelle se nourrit aussi du narrativium d’ailleurs, mais c’est une autre histoire). Qu’on lui monte une estrade ou un drap tendu quelque part et le narrativium s’installe, c’est plus fort que lui. Ou plus fort que nous, devrais-je dire.

Et voilà qu’aujourd’hui, il aiguise ses petites dents et voudrait bien croquer du transmedia, c’est trop tentant ce bel espace presqu’aussi grand que la planète!..

Les bardes-forgerons du narrativium s’interrogent: quelle forme donner à ce bidule nouveau qui déjà fermente un peu partout? Le truc (un peu comme la grippe A d’ailleurs) pourrait bien muter avec son hôte et ça leur complique la vie!..

  • Vous êtes connecté à Facebook Partage inactif : Partage actif : Se déconnecter

nos outils pour vos projets transmedia

rejoignez-nous