recherche enfr
Lisez, partagez ! Se déconnecter
La série participative What Ze Teuf est-elle un succès ? storytelling

La série participative What Ze Teuf est-elle un succès ?

Par Vincent Puren, Morgan Bouchet publié le 29/01/2014 0 commentaire(s) 02 min

En décembre 2013, la chaîne D8 diffusait le programme What Ze Teuf produit pour le compte de We Are Cinema (BNP Paribas). Un pari risqué qui soulève plusieurs problématiques. S’agit-il d’un succès télévisuel et (ou) social ? Réponse…

On ne le dira jamais assez, Twitter a de nombreuses vertus. L’esprit de synthèse que nécessite cette plateforme, influence de nombreux domaines comme la Finance, la Vente et évidemment le Divertissement (dans notre cas : Télévisuel). Seulement jusqu’ici, celle que l’on appelle Social TV consistait principalement à créer des interactions en périphérie des programmes, entre les téléspectateurs. Certaines chaines à l’image de M6 avec la série Hawai 5.0 et de iTV avec la publicité #Youdrive pour Mecedes Benz, sont allées plus loin en impliquant le « twittospectateur » dans le choix du déroulé narratif…

Fin 2013, la chaîne D8 a franchi un nouveau cap en invitant son public à devenir scénariste de la série What Ze Teuf… Le programme écrit, tourné, produit et diffusé au jour le jour, soit en flux tendu, consistait donc à laisser la twittosphère décider au quotidien de la suite des aventures. Le Producteur We Love Cinéma sélectionnait l’ idée exposée en 140 caractères la plus originale pour alimenter son programme. Cette démarche révolutionne les codes bien établis de la Télévision, c’est également un pari risqué sur le plan « social » puisque l’émission dépend totalement de l’implication d’une communauté inexistante à quelques jours du lancement. En effet, What Ze Teuf nécessitait un taux d’engagement spontané très élevé pour fonctionner. Evidemment diffusé WZT après l’émission phare « Touche pas à Mon Poste » fut une aubaine pour récupérer de premiers adeptes, mais cela n’est pas suffisant.  What Ze Teuf a-t-il été un succès ?

QU’EST-CE QUE WHAT ZE TEUF ?

What Ze Teuf est un programme inspiré du phénomène Very Bad Trip. On y découvre Michaël, joué par Artus Solaro et Clément Aubert dans la peau de Romain. Tout commence de façon plutôt banale, puisque les deux amis se réveillent dans le 1er épisode sur un canapé, sans le moindre souvenir de leur soirée. Il s’avère que ce canapé appartient à Elie Semoun, chez qui la soirée s’est vraisemblablement passée. Les choses commencent donc à devenir intéressantes… Tout au long des épisodes, Michaël et Romain tenteront de reconstituer leur soirée avec à chaque épisode une double surprise. Tout d’abord, la présence d’un invité de marque comme Brahim Asloum, Baptiste Lecaplain ou encore Noémie Lenoir. Également, un moment clé de la soirée imaginé par un internaute, comme vous et moi, donc un moment fort assuré.

En bref, la série diffusée du 2 au 20 décembre 2013 surfait sur deux atouts de taille : un casting prestigieux ou du moins suffisamment étoffé pour attirer un large public ainsi qu’une trame narrative qui a déjà fait ses preuves. Reste le plus important, engager une communauté suffisamment dense pour populariser le programme et atteindre les objectifs fixés…

UN SUCCES SUR LA TWITTOSPHERE ET LE PETIT ECRAN

Ça démarre fort pour D8, lundi 2 décembre, date de la diffusion du premier épisode de What Ze Teuf. En effet, les twittos ont partagé 1200 messages et surtout ils étaient pour 60% devant le petit écran. Une base non négligeable pour développer une vraie communauté au fil des épisodes. La meilleure performance interviendra le 16 décembre avec Vincent Desagnat, co-animateur de la matinale de D17 ce qui permettra le lendemain à Eric Judor de bénéficier de quelques 800 tweets durant son épisode. Il est également intéressant de noter que Cartman, l’associé de Vincent Desagnat sur D17, a généré plus de 600 tweets durant son passage dans WZT. Le succès des deux animateurs, pourtant moins connus que Bruno Solo ou Elie Semoun, s’explique certainement par le fait que D17 rediffusait quotidiennement l’émission et donc que leurs fans – sur le long terme – se sont particulièrement impliqués. Avec 600 000 spectateurs en moyenne et environ 9000 Tweets, dont 3600 propositions de scénario au total, on peut dire que What Ze Teuf est un succès. On est loin de l’énergie des phénomènes comme The Voice sur TF1, mais l’engagement généré est plus que respectable.

Les producteurs en redoublant d’ingéniosité sont parvenus à préserver l’attention, d’épisode en épisode, ce qui a permis de gagner en visibilité et d’éviter l’effet « entonnoir », que connaissent de nombreux programmes qui commencent fort et perdent l’attention du public petit à petit.

MISSION ACCOMPLIE POUR LE PRODUCTEUR … BNP PARIBAS

Au delà des bonnes audiences pour D8 c’est surtout We Love Cinema de BNP Paribas, qui aura tiré bénéfice de cette émission. Cette offre à destination des 18 – 29 ans qui tourne autour du Cinéma a bénéficié d’une belle visibilité en début et fin de programme, mais surtout sur Twitter ou son nombre de followers est passé de 200 à environ 4000 en moins d’un mois. Plus important encore, la marque arrive au 3e rang des mots les plus cités dans les tweets liés à la série. Mission accomplie pour la BNP Paribas qui démontre qu’investir la télévision quand on est une marque est toujours intéressant… à condition d’y intégrer une couche sociale. La Social TV a encore de beaux jours devant elle.

A lire aussi sur le sujet

Un autre billet résumant très bien la mécanique et le succès du programme sur le blog Stratégie et marketin de Novedia Group. (une des sources pour les chiffres de ce billet)

Founder and Editorial Manager of « L'Atelier du Numérique », a plateform dedicated to creatives technologies and disruptive communication.

"

Morgan Bouchet, managing director of Transmedia Lab and VP Social Media at the Orange Content Division / Board content expert @Cap Digital / Teacher @SciencesPo

"
  • Vous êtes connecté à Facebook Partage inactif : Partage actif : Se déconnecter

nos outils pour vos projets transmedia

rejoignez-nous