recherche enfr
Lisez, partagez ! Se déconnecter

XXXIII : l’histoire de Monte Cristo revisitée à la sauce Transmedia

Par La Rédaction publié le 31/07/2013 0 commentaire(s) 5 mn

actualités XXXIII : l’histoire de Monte Cristo revisitée à la sauce Transmedia

Découverte cette semaine d’un projet de fiction interactive autour de l’histoire du comte de Monte Cristo, roman d’Alexandre Dumas et classique de la littérature française. Les auteurs, membres du T*Lab, collectif marseillais de créateurs Transmedia, répondent à nos questions.

Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Dans la famille T* Lab Mars, il y a : Annabel, la vétérante, qui « fait du web », depuis une quinzaine d’années déjà, pour et avec des éditeurs de contenu, des créateurs, qu’elle aide à penser et construire leur présence digitale ; Dorothée, la benjamine, l’artiste du trio, du print au web en passant par le monde réel, elle imagine et met en scène l’identité visuelle de marques petites et grandes ; il y a enfin Anne-Claire, la slasheuse, notre multicarte de l’écrit, qui crée, relit, polit les textes pour la presse, l’édition…

 

Pouvez-vous nous présenter le concept de votre projet ?  En quoi votre approche scénaristique est-elle innovante ?

Notre concept, assez simple en fait, part d’une question : qui a réellement lu les mille et quelques pages du Comte de Monte-Cristo, plus important peut-être, qui aujourd’hui le lit vraiment parmi les jeunes lecteurs qui l’ont pourtant au programme de français ? Posez la question autour de vous… Comme nous vous découvrirez que si tout le monde ou presque connaît l’histoire peu ont lu le roman. Trop copieux, désuet, éloigné des préoccupations de notre temps, malgré ses qualités, Le Comte de Monte-Cristo est boudé.

Imaginez maintenant le roman de Dumas comme une vaste carte au trésor ou un gigantesque code : dans le texte original du XIXe est cachée la clé qui permet de résoudre une énigme, elle bien contemporaine. Mieux, c’est au lecteur de la découvrir, au travers d’une fiction interactive qui se prolonge dans le monde réel en jeux de pistes et jeux d’évasion. Une histoire à jouer qui se déploie sur réseaux sociaux et écrans mobiles et plonge le lecteur dans le roman de Dumas.

Quelle est la genèse de votre projet ?

Tout est parti de notre redécouverte du Comte de Monte-Cristo. Comme tout le monde nous connaissions — plus ou moins — l’histoire de Dantès, le raffinement jubilatoire de sa vengeance, mais comme beaucoup nous n’avions pas lu le roman, nous contentant de l’une ou l’autre de ses nombreuses adaptations pour le grand et le petit écran.

En lisant Le Comte, nous avons découvert toute la richesse de ce texte qui reste l’un des romans français les plus universellement populaires : aventure, romance, critique sociale, chronique historique, intrigues savamment tissées, personnages forts et riches, le château d’If, Marseille, Rome, Paris… Tout y est (ce qui n’est d’ailleurs pas la moindre des difficultés pour nous). Et puis c’est, avec Les Mystères de Paris, l’un des premiers feuilletons littéraires français, ces ancêtres lointains des séries d’aujourd’hui. À plus d’un titre, Le Comte de Monte-Cristo est très actuel. Nous avons tout simplement eu envie de faire partager notre plaisir de lectrices.

Après de longs mois de travail, d’exploration de divers concepts plus ou moins tenables, un constat s’est imposé : trop long, trop compliqué, trop XIXe, trop « classique », Monte-Cristo est à peu près la dernière chose qu’ont envie de lire les adolescents, ceux-là même à qui on l’enseigne au collège. Un os de taille pour nous qui voulions justement nous adresser à ce public à la pointe des usages digitaux.

Nous avons compris qu’il nous faudrait « dépoussiérer » l’image de Monte-Cristo pour le faire redécouvrir à ces lecteurs, qui souvent préfèrent leurs écrans au livre imprimé, la « bit-lit » aux « classiques », sans bien sûr verser dans l’injonction moralisante, qui, on le sait, ne produit aucun résultat. Nous cherchons plutôt à susciter, cultiver le plaisir de la lecture. Nous nous sommes alors posé la question suivante : comment Alexandre Dumas raconterait-il Monte-Cristo aujourd’hui ? Dans la même veine, populaire et accessible, nous sommes convaincues qu’il se tournerait vers le web et le mobile, qu’il serait curieux peut-être de ce que peut amener le jeu, pour mieux toucher et embarquer ses lecteurs.

Nous n’avons bien sûr pas la prétention de nous hisser au niveau de Dumas. Sans dénaturer son œuvre nous voulons proposer un dispositif narratif et ludique qui viendrait « enrober » Le Comte de Monte-Cristo, faciliterait l’entrée dans le texte original et susciterait l’envie de l’explorer. C’est un équilibre délicat à trouver mais c’est extrêmement motivant.

visuel

 

Comment avez-vous connu « la bourse formats innovants » ? Il existe une multitude d’aides au développement. Pourquoi avoir choisi celle d’Orange et de Beaumarchais ?

La bourse formats innovants est celle qui nous est apparue comme la plus adaptée à notre état d’avancement et à la forme que nous voulons donner à notre projet.

Quels sont les éléments de votre projet qui ont fait la différence selon vous ?

Il y a évidemment pour nous qui vivons à Marseille, le lien fort que le roman de Dumas entretient avec la ville et qui ouvre de nombreux possibles pour développer des éléments de notre projet dans le monde réel. Nous adorerions par exemple proposer un grand jeu d’évasion sur l’île d’If dans le décor même du roman, son célèbre Château, et nous avons en tête de nombreux autres scénarios de jeux de piste et jeux d’évasion qui permettrait de « faire jouer » la ville.

Nous voulons aussi ancrer notre projet dans une relation de proximité avec les jeunes lecteurs. Cela nous paraît essentiel si nous voulons avoir une chance de les accrocher avec une œuvre qui est pour eux « hors champ », du moins si l’on se fie aux chiffres des ventes de l’édition jeunesse. Avant même l’histoire, c’est donc une communauté que nous voulons construire. Nous passons pas mal de temps en ce moment sur les réseaux sociaux de lecteurs pour comprendre comment nous pourrions les utiliser de la façon la plus pertinente. Au passage, nous gagnons en compréhension des usages de notre public. Il est faux de dire que les « natives » ne lisent pas : ils lisent. Pas tous, d’accord, moins, peut-être, différemment, certainement, mais ils lisent et certains franchissent même le pas pour à leur tour écrire. Il suffit pour s’en convaincre de faire un tour sur Wattpad, Booknode ou Babelio. L’investissement des jeunes lecteurs, la quantité de fan fictions proposées — sur Wattpad — sont étonnantes. Et si la qualité des écrits est, disons, variable, certains n’ont pas à rougir de la comparaison avec des œuvres publiées à compte d’auteur ou d’éditeur. C’est pour nous très stimulant d’imaginer comment nous pouvons insérer notre projet dans ces nouvelles pratiques. Et l’idée de projeter un roman du XIXe dans ces dimensions nouvelles de la lecture, sociales, créatives et ludiques nous amuse beaucoup.

Qu’attendez-vous concrètement de cette bourse ?

La bourse formats innovants va nous permettre de développer notre concept au-delà de l’intention initiale et notamment d’écrire le scénario de la fiction interactive et de le tester assez rapidement. Ah oui, et aussi bien sûr de nous préoccuper du nerf de la guerre : il nous faut encore établir le plan de financement des divers supports et évènements. Ce qui pour nous, auteurs, n’est pas une mince affaire. D’ailleurs, nous profitons de cette tribune qui nous est offerte pour lancer un appel : vous êtes un(e) champion(ne) de la collecte de fonds, vous avez la bosse du business ?  Faites-vous connaître ! Nous ne cracherions pas sur quelques conseils avisés.

Merci

 

Pour en savoir plus sur ce projet, rendez-vous sur leur site officiel : http://tlabmars.com/

 

Invit_BourseOrangeFormatsInnovants_1000x400

  • Vous êtes connecté à Facebook Partage inactif : Partage actif : Se déconnecter

nos outils pour vos projets transmedia

rejoignez-nous