recherche enfr
Lisez, partagez ! Se déconnecter
Coup de projecteur sur l’ARG « Drake a Disparu » étude de cas

Coup de projecteur sur l’ARG « Drake a Disparu »

0 commentaire(s) 10 mn

Étudiant à l’Institut de l’Internet et des Médias (IIM) Loïc Rakotondramanana et Rémi Rollet sont les co-créateurs d’une expérience transmedia très bien ficelée baptisée « Drake a Disparu ». C’est sur les bancs d’école, là où ils se sont rencontrés un an plus tôt, que les deux entrepreneurs ont décidé de mettre leurs connaissances en commun pour bâtir un Alternate Reality Game (ARG)  alliant à la fois jeu vidéo (expertise de Loïc) et web (savoir faire de Rémi).

 

Impressionnés par quelques succès d’ARG comme In Memoriam, Loic et Remi n’ont pas hésité à prendre du recul ce qui leur a permis de ne pas subir certains codes que s’imposent habituellement les créateurs de ces jeux et de proposer ainsi une expérience plus personnelle.

Grands amateurs de jeux vidéo, que ce soit des RPG ou des jeux d’aventures, ces passionnés s’accordent à dire que l’histoire et l’émotion sont les éléments les plus importants dans un jeu. Étant fans des films de sciences fictions et d’horreur, ils ont voulu recréer une ambiance psychologiquement sombre sans tomber dans l’excès. «  Il était important pour nous que tout soit réaliste donc vous ne verrez jamais de démons ou de monstres dans Drake a disparu » ajoute Rémi.

DRAKE A DISPARU, UNE ENQUÊTE TRANSMEDIA A LA FRONTIERE DU REEL

« Drake a disparu » est un Alternate Reality Game (ARG), dont l’histoire fictive mais plausible, est basée sur des faits réels. Le joueur y incarne son propre personnage et devra, à l’aide de diverses fonctionnalités d’Internet, découvrir pourquoi et comment Drake Eamon a disparu. L’enquête est présentée sous forme de multiples chapitres comprenant des énigmes qui puise dans le paranormal, qui mèneront les joueurs les plus perspicaces à découvrir la vérité.

Le scénario est indéniablement la pierre angulaire de cette expérience dispersive. Soucieux de répondre aux attentes du public, les jeunes créateurs entendent modifier certains éléments, en ajoutant des énigmes et/ou des chapitres au fil du temps. Un plus qui pourrait leur permettre de rester à l’écoute de la communauté des joueurs.

Le point fort de l’expérience reste la possibilité offerte au joueur d’influencer la trame narrative en prenant des décisions à la fin de certains chapitres. «  Prenons l’exemple de la fin du chapitre 1, lorsqu’il aura résolu la dernière énigme, le joueur débloquera une vidéo où Drake racontera ses doutes et les différentes possibilités rencontrés pour continuer sa propre enquête » annonce Rémi. « Le joueur choisira alors l’une des deux possibilités proposées, qui sera révélée et intégrée dans la suite du jeu à condition que l’ensemble des joueurs aillent dans ce sens. » Drake a disparu entend donc faire assumer ses choix au joueur afin de renforcer l’immersion et favoriser l’engagement.

Image de prévisualisation YouTube

Drake interagit parfois personnellement avec les joueurs, grâce aux différents réseaux sociaux, pour leur demander de l’aide ou pour les aider dans leur quête. « Pour nous, il s’agit d’un point très important car il amène une forme de réalisme et permet aux joueurs de se sentir valorisé et d’oublier qu’il s’agit d’un jeu » ajoute Loïc. En se rendant sur les forums, force est de constater que l’immersion est au rendez-vous. « Oh mon Dieu, j’ai ajouté Drake sur Facebook et il m’a parlé… Je ne savais pas quoi dire ça faisait flipper… » s’exclamait par exemple un joueur enthousiaste. Ajoutez à cela les quelques e-mails de soutien qui confortent chez nos deux producteurs, le sentiment d’avoir atteint un but, celui de concevoir un ARG en mesure d’atténuer les frontières entre le réel et le jeu.

Le joueur est donc placé au cœur de l’histoire mais le personnage central reste l’énigmatique Drake. Cet exorciste numérique, doit sa fonction à une connotation un peu désuète du terme exorciste contrebalancée par l’adjectif numérique qui correspond à notre époque ultra-connectée et bourrée de high-tech. Drake a une vraie présence sur Internet, il possède un blog, un compte Twitter et a un profil Facebook. Ses initiateurs ont voulu lui donner vie en dispersant les informations le concernant sur ses différents canaux d’informations, afin de scénariser la collecte d’information.

L’histoire de Drake Eamon n’a pas fini de révéler tous ses secrets et rebondissements mais nous savons pour l’instant qu’il a disparu sûrement en tentant de découvrir la force invisible qui le poursuit et qui peut-être le rendra fou…Comme cité précédemment, Drake peut encore communiquer avec les joueurs malgré sa disparition. Les joueurs en apprendront davantage en poursuivant la suite de l’aventure prochainement mise en ligne.

Concernant la navigation, la plateforme principale du jeu reste le site Internet développé en HTML5. Les terminaux mobiles iPhone ou iPad jouent également un rôle dans l’aventure même s’ils ne représentent qu’une petite part des connexions. « Nous encodons nos vidéos pour qu’elles soient lisibles sur la plupart des terminaux mais nous savons qu’il est impossible de rendre un site accessible sur toutes les plateformes avec les moyens que nous avons à l’heure actuelle » précise Loïc.

Avec plus de 2000 fans sur Facebook et plus de 9000 visites sur le site (leurs objectifs étaient de 100 fans et 1000 visites), ce projet étudiant est en train de devenir une expérience séduisante qui recèle beaucoup de rigueur et de qualité, digne de nombreux projets plus professionnels. Le jeu s’avère difficile mais les deux entrepreneurs comptent sur l’entre-aide communautaire, ce qui leur laisse d’ailleurs le temps pour réfléchir à la suite.

Globalement à l’heure où nous réalisons cet article la majorité des retours sont positifs et les joueurs attendent la suite avec impatience, ce qui touche forcément les deux auteurs, désormais conscients que leur démarche n’est pas sans intérêt bien au contraire. Ils ont cependant eu quelques critiques au niveau de l’interface, ce qui a rapidement été pris en compte.

Pour terminer, nos co-créateurs ont eu la chance d’être contactés par différents professionnels et ont été sollicités dans le cadre d’émissions de télévision, de radio et dans la presse. Toujours humbles, Loïc et Rémi s’étonnent d’avoir d’excellente retombées alors même qu’ils ne disposent pas de moyens conséquents.

Il faut également avouer que les ARG constituent un genre encore inconnu du grand public – français en tout cas – ce qui permet de se différencier des productions vidéo-ludiques, pseudo challengers. Le fait de permettre aux joueurs d’influencer sur l’histoire et de rendre Drake vivant, aura également contribué à la couverture de ce projet.

C’est avec plein d’idées en tête que Loïc et Rémi souhaitent poursuivre l’aventure « Drake a disparu » et profiter d’éventuelles opportunités afin de se lancer dans un projet plus consistant et avec plus de moyens.

  • Vous êtes connecté à Facebook Partage inactif : Partage actif : Se déconnecter

nos outils pour vos projets transmedia

rejoignez-nous